Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Amiens  

est la préfecture de la région de Picardie, département de la Somme et chef-lieu de canton.      
Surnommée la petite Venise du Nord en raison des nombreux canaux qui la traversent et des hortillonnages (ensemble de jardins flottants couvrant 300 hectares), Amiens offre un riche patrimoine et des quartiers pittoresques, témoins d’une histoire qui a débuté il y a plus de 2000 ans. Depuis 1992, le label Ville d'Art et d'Histoire récompense la protection et la mise en valeur de ce patrimoine d’exception.
        
Blason_fr_ville_Amiens_svg.png
De gueules au lierre d'argent, au chef d'azur semé de fleurs de lis d'or 
 Amiens, ville forteresse, a subi des assauts et y a résisté pour rester française. Ses armoiries symbolisent cet attachement à la France, attachement symbolisé par le lierre, la France étant symbolisée par le semis de fleurs de lis autorisé par les rois de France.
 Devise : Liliis tenaci vimine jungor ce qui signifie Un lien puissant m'unit au lis.
 
La cathédrale d'Amiens,
 au cœur de la Picardie, est l'une des plus grandes églises gothiques classiques du XIIIe siècle.
 

 

Nicolas Blasset,

né à Amiens en 1600 et mort en 1659,

est un sculpteur français auteur de plusieurs œuvres dans la cathédrale d'Amiens.

Il fut reçu maître sculpteur et membre de la Confrérie des Puys Notre-Dame d'Amiens en 1625.

En 1637 il fut nommé architecte et sculpteur ordinaire du roi.

Il resta toute sa vie à Amiens dont il devint un notable et y créa la quasi-totalité de son œuvre d'inspiration religieuse presque exclusivement.

Monument funéraire du chanoine Guillain Lucas, cathédrale d'Amiens
Monument funéraire du chanoine Guillain Lucas, cathédrale d'Amiens
Monument funéraire du chanoine Guillain Lucas, cathédrale d'Amiens
Pour agrandir, cliquer sur les photos
Pour agrandir, cliquer sur les photos

Pour agrandir, cliquer sur les photos

Nicolas Blasset (1600-1659), sculpteur et architecte, réalise, entre 1630 et 1659, la plupart des oeuvres consacrées à l’art funéraire dans ce monument qui est aussi une véritable nécropole. Le type de prédilection où il excelle, est d’associer le thème de l’Enfance avec celui de la Mort.

L’Ange Pleureur qui occupe le centre du monument dédié au chanoine Lucas – réalisé en 1636 - est son oeuvre la plus « populaire » car « elle parle à celui qui passe ». Un enfant qui souffre, ou qui est dans la peine, ne peut laisser quiconque insensible. Son chagrin, n’est pas comme le dit une tradition tenace, occasionné par la mort du dit chanoine, fondateur d’une « maison de Charité » pour les enfants orphelins de la ville. Cet enfant en pleurs est le symbole le plus parfait au XVIIe siècle ; qui invite celui qui passe à la réflexion sur la brièveté de la vie, comme le représente les grains de sables s’écoulant
dans une clepsydre sur laquelle il s’appuie.

Gisant du chanoine Jean de le Grange mort en 1402
Gisant du chanoine Jean de le Grange mort en 1402

Gisant du chanoine Jean de le Grange mort en 1402

Monument funéraire du chanoine Guillain Lucas, cathédrale d'Amiens
Tag(s) : #Cathédrale d'Amiens

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :