Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de acbx41
  • Le blog de acbx41
  • : Photos de mes balades dans Paris (musées, parcs, jardins, sites, événements, manifestations diverses) et ailleurs, Essonne, pays de La Loire etc..
  • Contact

Recherche

Visiteurs

A ce jour 22/08/2017

      Vous avez été

           311 997  

  visiteurs uniques

  venant de plus 

 de 163 contrées

14 octobre 2014 2 14 /10 /octobre /2014 13:30

 

Amiens  

est la préfecture de la région de Picardie, département de la Somme et chef-lieu de canton.      
Surnommée la petite Venise du Nord en raison des nombreux canaux qui la traversent et des hortillonnages (ensemble de jardins flottants couvrant 300 hectares), Amiens offre un riche patrimoine et des quartiers pittoresques, témoins d’une histoire qui a débuté il y a plus de 2000 ans. Depuis 1992, le label Ville d'Art et d'Histoire récompense la protection et la mise en valeur de ce patrimoine d’exception.
        
Blason_fr_ville_Amiens_svg.png
De gueules au lierre d'argent, au chef d'azur semé de fleurs de lis d'or 
 Amiens, ville forteresse, a subi des assauts et y a résisté pour rester française. Ses armoiries symbolisent cet attachement à la France, attachement symbolisé par le lierre, la France étant symbolisée par le semis de fleurs de lis autorisé par les rois de France.
 Devise : Liliis tenaci vimine jungor ce qui signifie Un lien puissant m'unit au lis.
 
La cathédrale d'Amiens,
 au cœur de la Picardie, est l'une des plus grandes églises gothiques classiques du XIIIe siècle.
 
Grilles de Claude Badaroux et de Jean Veyren, 1742

Grilles de Claude Badaroux et de Jean Veyren, 1742

Chapelle Saint-Pierre, cathédrale d'Amiens
Chapelle Saint-Pierre, cathédrale d'Amiens

Statues des saints Firmin le Martyr et François de Salle

par Jean-Baptiste Poultier (1653-1719) 

Chapelle Saint-Pierre, cathédrale d'Amiens

François de Sales

 (1567 – 1622)

est un ecclésiastique savoyard né au château de Sales près de Thorens-Glières.

Evêque de Genève en résidence à Annecy, il a été proclamé saint et docteur de l'Eglise catholique.

Issu d’une famille noble, il choisit le chemin de la foi en consacrant sa vie à Dieu, il renonça à tous ses titres de noblesse. Il devint l'un des théologiens les plus considérés au sein du christianisme. Il accéda au siège d’évêque de Genève et fonda avec la baronne Jeanne de Chantal l’ordre religieux de la Visitation. Il exerça une influence marquante au sein de l'Eglise catholique mais également envers les détenteurs du pouvoir temporel que furent, entre autres, ses souverains, les ducs Charles-Emmanuel Ier et Victor-Amédée Ier de Savoie, la régente de Savoie Christine de France et les rois Henri IV et Louis XIII de France.

Homme d’écriture, il laissa une somme importante d’ouvrages, témoignage de sa vision de la vie. Il est considéré par l’Eglise catholique comme étant le saint patron des journalistes et des écrivains, et cela en raison de son usage précoce du progrès que constituait l’avènement de l'imprimerie. Ses publications imprimées comptent parmi les tout premiers journaux catholiques au monde.

Chapelle Saint-Pierre, cathédrale d'Amiens

 

Firmin le Martyr

Firmin d'Amiens ou Firmin de Pampelune ou Firmin le Martyr ou Saint Firmin, appelé aussi Fermin ou Firminius,

est né à Pompaleo (l'actuelle Pampelune en Espagne) au IIIe siècle. Il est mort martyr à Amiens en France.

La tradition relate qu'il a d'abord été formé par Honorat de Toulouse lorsque celui-ci était à Pampelune, à la demande de saint Saturnin. Puis Firmin aurait été baptisé par saint Saturnin, à Toulouse. Saint Saturnin était le premier évêque de Toulouse. Il a été martyrisé en 257 en étant attaché à un taureau furieux. La tradition fait souvent l'amalgame entre le martyre de saint Saturnin et celui de saint Firmin.

Selon la tradition catholique, le succès de ses prédications, qui incitèrent 3 000 personnes en trois jours à se convertir, lui valut d'être emprisonné dans le cachot de l’amphithéâtre transformé en forteresse, sur ordre du gouverneur Sebastianus qui le fit décapiter le 25 septembre 3032. Il aurait été inhumé par Faustinien dont le fils allait devenir évêque : il s'agit de saint Firmin le Confesseur.

Chapelle Saint-Pierre, cathédrale d'Amiens

Partager cet article

Repost 0

commentaires

achat kamas 14/10/2014 15:57

On en veut plus traité de cette manière. Merci.