Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de acbx41
  • Le blog de acbx41
  • : Photos de mes balades dans Paris (musées, parcs, jardins, sites, événements, manifestations diverses) et ailleurs, Essonne, pays de La Loire etc..
  • Contact

Recherche

Visiteurs

A ce jour 12/08/2017

      Vous avez été

           311 472  

  visiteurs uniques

  venant de plus 

 de 163 contrées

27 décembre 2014 6 27 /12 /décembre /2014 14:20

 

Fort-de-France

 (anciennement Fort-Royal, Fodfrans en créole)

est une commune située dans le département français d'outre-mer de la Martinique.

Fort-de-France est située à 6 800 km de Paris, sur la côte caraïbe de la Martinique, sur le littoral nord de la baie de Fort-de-France.

L'histoire de Fort-Royal, devenu Fort-de-France en 1807, est marquée dès la fondation de la colonie, par sa rivalité avec Saint-Pierre et par les catastrophes naturelles qui ont dévasté la cité à plusieurs reprises. C'est l'éruption de la montagne Pelée en 1902 qui, en dévastant Saint-Pierre, consacre Fort-de-France comme ville capitale de la Martinique.

 

D'argent à une ancre de sable, sur laquelle broche un faisceau de licteurs, posé en pal sur deux branches de chêne et d'olivier passées en sautoir, le tout d'or.

 

Le Dumont d'Urville

est un bâtiment de transport léger de la Marine nationale.

Cinq BAtiments de TRansport Léger (BATRAL) sont en service dans la Marine nationale

Le Batral est un bâtiment amphibie capable de s'échouer volontairement sur une plage afin de débarquer des troupes, des véhicules ou du fret. Il dispose d'une capacité d'emport totale de 300 tonnes. Il peut en outre transporter une compagnie de 120 personnes et leurs véhicules.

Troisième de la série, le Dumont d'Urville a été construit aux Ateliers Français de l'Ouest, à Grand-Quevilly (Seine-Maritime).

Mis sur cale le 15 décembre 1980

Lancé le 27 novembre 1981

Admis au service actif le 05 février 1983

Le "Dumont d'Urville" à Fort-de-France en Martinique

Caractéristiques 

longueur : 80 mètres

largeur : 13 mètres

tirant d'eau (maximum) 3 mètres

déplacement ( en charge) : 1330 tonnes

Propulsion

vitesse maximale : 16 nœuds (13 en transit)

distance franchissable à 13 nœuds: 4500 nautiques

 2 moteurs diesels SACM-Wärtsilä UD 33 V l2 M 4 de 3600 cv

Le "Dumont d'Urville" à Fort-de-France en Martinique

Armement

2 affûts de 40 mm Bofors antiaériens

2 mitrailleuses de 12.7 mm

2 mortiers de 81 mm

Equipements électroniques

1 radar Decca 1226 ou Racal-Decca

Système de transmissions par satellite Inmarsat

Equipage

52 hommes

4 officiers

 25 officiers mariniers

23 quartiers-maîtres et matelots

Le "Dumont d'Urville" à Fort-de-France en Martinique

Jules Sébastien César Dumont d'Urville 

est né en 1790 à Condé-sur-Noireau et mort en 1842 à Meudon.
Il est entré dans la Marine en 1807. C'est en 1820 au cours d'une mission hydrographique en mer Noire et en mer Egée qu'il apprend la découverte de la Vénus de Milo et que, conquis à sa vue, il pousse la France à en faire l'acquisition.
De 1822 à 1824, en tant que second du bâtiment La Coquille il participe à une campagne scientifique dans le Pacifique. Nommé capitaine de frégate, il obtient le commandement de La Coquille alors rebaptisée L'Astrolabe. Il reprend la mer pour explorer l'Océanie et retrouver les traces de l'expédition La Pérouse. Ce à quoi il parvient puisqu'aux abords de Vanikoro, une des îles de Santa Cruz, il retrouve les épaves de L'Astrolabe et de La Boussole recouvertes par les coraux. Il fait dresser sur l'île un monument à la mémoire des disparus. En récompense de son succès, il est promu capitaine de vaisseau en 1829 et l'Etat édite le récit de son voyage: "Voyage et découvertes autour du monde et à la recherche de La Pérouse ".
En 1837, il entame avec L'Astrolabe et La Zélée un nouveau tour du monde. Ainsi visite-t-il le Chili, les îles Marquises, Salomon, Carolines, la Nouvelle-Guinée et l'Australie. De là, piquant vers le sud, il atteint le continent antarctique, vaste plateau glacé qu'il baptisa du prénom de sa femme, la terre Adélie (1840).
De retour à Toulon, il est alors nommé contre-amiral.

Il meurt quelques temps plus tard dans un accident de chemin de fer en France, sur la ligne Paris - Saint-Germain-en-Laye, juste après la publication de sa deuxième oeuvre: "Voyage au pôle sud et en Océanie ".

 

Sa sépulture >>> Sépulture du contre-amiral Dumont d'Urville, cimetière du Montparnasse

 

Cargos en escale à Fort-de-France

Pour agrandir, cliquer sur les photos

Pour agrandir, cliquer sur les photos

Partager cet article

Repost 0
Published by acbx41 - dans Martinique
commenter cet article

commentaires