Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de acbx41
  • Le blog de acbx41
  • : Photos de mes balades dans Paris (musées, parcs, jardins, sites, événements, manifestations diverses) et ailleurs, Essonne, pays de La Loire etc..
  • Contact

Recherche

Visiteurs

A ce jour 18/10/2017

      Vous avez été

           315 167  

  visiteurs uniques

  venant de plus 

 de 163 contrées

29 novembre 2015 7 29 /11 /novembre /2015 07:44

 

Le musée d’Orsay

 est un musée national situé dans le VIIe arrondissement de Paris, le long de la rive gauche de la Seine, inauguré en 1986 après le réaménagement de l'ancienne gare d'Orsay, construite par Victor Laloux de 1898 à 1900.

Ses collections présentent l'art occidental de 1848 à 1914, dans toute sa diversité : peinture, sculpture, arts décoratifs, art graphique, photographie, architecture, etc ...

Joseph Granié

(Toulouse 1861 - Paris 1915)

Joseph Granié se forme dans l'atelier de Jules Garipuy à l'école des Beaux-Arts de Toulouse.

Il est l'élève de Gérôme aux Beaux-Arts de Paris, et expose dans les salons officiels à partir de 1879. Sous l' impulsion de Ziem, il réalise également des enluminures sur vélin dans des tons rares et précieux pour illustrer plusieurs ouvrages de miniatures. 

Granié est surtout connu pour ses portraits féminins, teintés de symbolisme, qui se distinguent par leur indéniable suavité et leur sensualité inquiète. Ils révèlent un souci du dessin exact et un goût pour le mystère. On recense un nombre important de portraits au crayon de graphite, sur papier légèrement gris et rehaussés d'un peu de gouache, aux lignes sobres et élégantes.

En 1899, l'artiste, qui semble avoir atteint sa maturité, se distingue avec l'achat par l' Etat de son

portrait de Marguerite Moreno.

Cette oeuvre emblématique aujourd'hui conservée au musée d'Orsay résume l'art et l'esprit de Granié par sa technique parfaite et son étrangeté.

Portrait de Marguerite Moreno par Joseph Granié
Portrait de Marguerite Moreno par Joseph Granié
Portrait de Marguerite Moreno par Joseph Granié

Lucie Marie Marguerite Monceau,

dite Marguerite Moreno ,

est une actrice française de théâtre et de cinéma.

née le à Paris IXe et morte le à Touzac (Lot)

Elle fut la compagne de Blaise Cendrars avant d'épouser l'écrivain Marcel Schwob.
Premier prix de tragédie au Conservatoire en 1890, elle entre à la Comédie-Française. Elle débute discrètement au cinéma muet. Avec l'avènement du parlant, elle est embauchée à la Paramount, dans les studios de Joinville, au début des années 1930.
Sa voix rauque, sa diction parfaite et son profil égyptien assurent sa popularité. Les années 1930 et 1940 marquent sa carrière et elle s'illustre dans des registres très différents. Sacha Guitry joue de sa diction parfaite en lui écrivant des dialogues qui font mouche et en lui faisant prendre divers accents .

En 1937, elle incarne Mamèche, l'apparition noire et fantomatique qui hante la garrigue de Regain (1937) de Marcel Pagnol.
De ses derniers films émergent des interprétations touchantes. Marguerite Moreno pousse la grand-mère de Douce (1943) de Claude Autant-Lara au premier plan.
Elle excelle dans le registre satirique du Revenant (1946) de Christian-Jaque.

Un an avant sa retraite cinématographique, elle interprète pour Jean-Paul Sartre une sorte de Saint-Pierre féminin, qui accueille les morts dans l'au-delà (Les jeux sont faits, 1947, de Jean Delannoy).
Au théâtre elle mène une carrière dont l'apogée est marquée par sa fabuleuse interprétation de La Folle de Chaillot.
Amie de Paul Verlaine, de Stéphane Mallarmé et de Jules Renard, elle est surnommée " la muse du symbolisme ". Elle récite leurs vers sur scène et participe à des revues symbolistes.
En 1948, elle fait paraître ses Mémoires, Souvenirs d'une vie.
Paul Valéry considérait qu'elle était la seule à savoir dire des vers et l'invitait à en réciter lors de ses cours au Collège de France.

Sur elle, Paul Léautaud a écrit : " Ce soir, en écoutant Moreno dans Aricie, je pleurais tout bas… " et " On la trouve laide, on n'est pas laide avec un visage si expressif, si fin en même temps - les yeux, le nez, la bouche sont pleins d'esprit. Elle en a d'ailleurs comme rarement chez une femme. C'est la malice et la satire féminines en personne ".

Partager cet article

Repost 0
Published by acbx41 - dans Musée d'Orsay
commenter cet article

commentaires

josiane 29/11/2015 12:03

Un bien beau visage qui exprime beaucoup de personnalité.
Bon dimanche