Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de acbx41
  • Le blog de acbx41
  • : Photos de mes balades dans Paris (musées, parcs, jardins, sites, événements, manifestations diverses) et ailleurs, Essonne, pays de La Loire etc..
  • Contact

Recherche

Visiteurs

A ce jour 24/05/2017

      Vous avez été

           307 956  

  visiteurs uniques

  venant de plus 

 de 163 contrées

31 juillet 2016 7 31 /07 /juillet /2016 06:55

 

Le Petit Palais

est un monument de Paris, aujourd'hui utilisé comme musée des beaux-arts, qui fut construit à l'occasion de l'Exposition universelle de 1900 par l'architecte Charles Girault (1851 - 1932).

Il est situé dans le VIIIe arrondissement, avenue Winston-Churchill, face au Grand Palais.

Bretonne au bouquet, Paul Sérusier
Bretonne au bouquet, Paul Sérusier

Paul Sérusier

(1863 - 1927)

le nabi à la barbe rutilante,

selon la dénomination des nabis eux-mêmes, est avant tout, avec Maurice Denis, le théoricien et l intellectuel du mouvement.

Après des études brillantes il avait été massier à l'académie Julian, où il avait retrouvé Denis, Bonnard, Ranson, Ibels.

En 1888, il se rend à Pont-Aven : Gauguin le convertit à la peinture symboliste et synthétiste et lui fait exécuter sous sa direction le Talisman, petit paysage peint au bois d'Amour sur le couvercle d'une boîte à cigares : " Comment voyez-vous cet arbre : il est bien vert ? Mettez donc du vert, le plus beau vert de votre palette ; et cette ombre, plutôt bleue ? Ne craignez pas de la peindre aussi bleue que possible. "

Sérusier rapporte l'œuvre à ses amis : c'est bientôt la fondation du groupe des nabis (prophètes) qui comprendra également Vuillard et Roussel.

Esprit cultivé, raisonneur, à la fois logique et paradoxal, comme le décrit Maurice Denis, il constitue une doctrine à partir des idées de Gauguin, avec lequel il garde le contact au Pouldu en 1889-1890. L'influence de ce dernier est alors très sensible dans son œuvre, de même que celle du style et des thèmes d'Emile Bernard (Mélancolie, 1890).

Par la suite, il ne fera qu'accentuer ses tendances littéraires, idéalistes et mystiques qu'appuient de nombreuses lectures, de Plotin au père Didier ou aux Grands Initiés de Schuré (Les Mystères d'Eleusis, 1895 env.).

Ces recherches le rapprochent de Maurice Denis, avec lequel il fait un premier voyage en Italie en 1895, et l'orientent vers le décor de théâtre : il travaille pour L'Œuvre de Lugné-Poe. Sa peinture se dépouille progressivement et tend vers un archaïsme médiéval faussement naïf. Cette sévérité ne fait que se renforcer avec les visites qu'il fait en 1897 et en 1903 à son ancien élève, le père Verkade (1868-1946), retiré au monastère bénédictin de Beuron.

Les théories mathématiques, celles du nombre d'or en particulier, tiennent une place croissante dans son œuvre et dans son enseignement à l'académie Ranson (à partir de 1908) : il les développera largement dans son ouvrage doctrinal l'ABC de la peinture publié en 1921 et réédité par Maurice Denis en 1942.

Depuis 1914, il s'était installé définitivement en Bretagne ; il devait mourir à Morlaix.

Citons encore Maurice Denis : " On peut discuter ses doctrines, ses partis pris, sa technique. Mais on doit admirer la conception élevée et rationnelle qu'il a de l'art. "

Référence >>> Paul-Sérusier

Paul Sérusier (vers 1890)

Partager cet article

Repost 0
Published by acbx41 - dans Petit Palais
commenter cet article

commentaires