Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de acbx41
  • Le blog de acbx41
  • : Photos de mes balades dans Paris (musées, parcs, jardins, sites, événements, manifestations diverses) et ailleurs, Essonne, pays de La Loire etc..
  • Contact

Recherche

Visiteurs

A ce jour 21/07/2017

      Vous avez été

           310 448  

  visiteurs uniques

  venant de plus 

 de 163 contrées

27 août 2016 6 27 /08 /août /2016 06:58

 

Le musée de l'automobile Henri Malartre

est consacré à l'automobile et aux transports publics.

Il est situé à Rochetaillée-sur-Saône, près de Lyon, sur le domaine du château.

Le musée a été constitué en 1960 par Henri Malartre (né en décembre 1905 et mort le 12 novembre 2005), à partir de sa collection de véhicules anciens conservés par ses soins depuis les années 1930.

Laspoujas, char à bancs automobile (1896)
Laspoujas, char à bancs automobile (1896)

Laspoujas, char à bancs automobile (1896)
Laspoujas, char à bancs automobile (1896)

Laspoujas, char à bancs automobile (1896)
Laspoujas, char à bancs automobile (1896)
Laspoujas, char à bancs automobile (1896)
Laspoujas, char à bancs automobile (1896)

Illettré mais passionné de mécanique,

Léonard Laspougeas,

forgeron de Saint-Priest-Ligoure, a construit l’une des toutes premières automobiles.

A la fin du XIXe siècle, les ingénieurs français et allemands rivalisent d'ingéniosité pour construire l'automobile du futur. Pendant ce temps, dans son atelier de Haute-Vienne, un forgeron de Saint-Priest-Ligoure, illettré mais passionné de mécanique, va tenter de se hisser à leur niveau.

Durant de longs mois, Léonard Laspougeas travaille, entre deux clients, de manière empirique à la création d'une voiture sans chevaux.

" Mon grand-père n'a pas fait la voiture elle-même, c'est un charron qui l'a construite. Il ne s'intéressait qu'à la mécanique, témoigne un de ses petits-fils dans la revue L'automobiliste, à la fin des années 1960. Il faisait les pièces à son idée. Quand ça n'allait pas, il recommençait. Il faisait de la mécanique comme d'autres font de la peinture, d'instinct. " 

Ses modèles exacts de pièces réalisés en bois sont coulés en acier dans une fonderie de Limoges.

En 1896, son prototype de char à bancs, aux roues de charrette en bois cerclées de fer, est opérationnel. Parmi les éléments remarquables, un système de démarrage quasi-diesel puisqu'il faut chauffer à l'aide d'une lampe à souder. La voiture possède aussi un différentiel pour les roues arrières copié sur celui des faucheuses, une boîte de trois vitesses plus une marche arrière et une jambe arrière, qui fait office de frein à main. Quant au système de direction, Laspougeas opte pour un système de crémaillère, bien avant André Citroën !

Léonard Laspougeas teste alors son engin, qui roule au pétrole, sur les petites routes haut-viennoises. Lancé à 30 km\h en vitesse de pointe, il fait un vacarme de tous les diables, vrombissant et se faisant entendre bien avant son passage à en croire les témoignages de l'époque. Et ce, malgré l'installation d'un silencieux au niveau du tuyau d'échappement.

Lorsqu'on entendait ronfler l'auto Laspougeas, on pouvait attaquer les foins, car c'était signe du beau temps, racontaient les anciens.

En tout, la voiture aura parcouru quelque 3.000 km avant d'être laissée à l'abandon en bordure d'un champ, derrière une haie, le temps de la Première Guerre mondiale.

>>> Marie-Julie Achard

Phares en vente dans la boutique du musée

Laspoujas, char à bancs automobile (1896)

Partager cet article

Repost 0
Published by acbx41 - dans Musée Malartre
commenter cet article

commentaires