Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de acbx41
  • Le blog de acbx41
  • : Photos de mes balades dans Paris (musées, parcs, jardins, sites, événements, manifestations diverses) et ailleurs, Essonne, pays de La Loire etc..
  • Contact

Recherche

Visiteurs

A ce jour 22/08/2017

      Vous avez été

           311 997  

  visiteurs uniques

  venant de plus 

 de 163 contrées

8 octobre 2016 6 08 /10 /octobre /2016 06:56

 

Le musée national de la Marine de Paris

est à la fois musée d’art et d’histoire, de sciences et de techniques, d’aventures humaines et de traditions populaires, un centre de culture maritime ouvert au plus large public. Il a vocation d’être la vitrine et le conservatoire patrimonial de toutes les marines. ​Le musée national de la Marine est installé à Paris dans l'aile Passy du Palais de Chaillot.

Le Royal Louis, vaisseau à trois ponts du XVIIIe siècle
Le Royal Louis, vaisseau à trois ponts du XVIIIe siècle
Le Royal Louis, vaisseau à trois ponts du XVIIIe siècle
Le Royal Louis, vaisseau à trois ponts du XVIIIe siècle
Le Royal Louis, vaisseau à trois ponts du XVIIIe siècle
Le Royal Louis, vaisseau à trois ponts du XVIIIe siècle

Le Royal Louis, vaisseau à trois ponts du XVIIIe siècle

La démonstration d’une puissance navale

a été pendant des siècles la réalisation de super-bâtiments, plus grands et mieux armés que tout autre navire alors en service. A l’époque de la marine à voile, ces super-bâtiments étaient sans conteste les vaisseaux à trois-ponts, véritables forteresses flottantes manœuvrées par plus d’un millier d’hommes et portant 100 à 140 canons.

Jean Boudriot (architecte français également connu pour ses publications sur les armes anciennes et l'architecture navale, né le 20 mars 1921 à Dijon et décédé le 22 février 2015 à Paris), dans un article consacré au vaisseau de 118 canons l’Océan (Revue Neptunia numéro 102), donne la définition classique de ce type de navire : « Un vaisseau trois-ponts est un bâtiment disposant de trois batteries continues et couvertes […] Par batterie continue, entendez suite d’artillerie, donc de sabords tribués régulièrement de la proue à la poupe ». Il nous explique, à la suite, les raisons de la construction de tels vaisseaux : « Tout d’abord, raison de prestige. En effet, à l’époque, comme encore aujourd’hui d’ailleurs, les constructions navales représentaient une « technique de pointe ». Un vaisseau trois-ponts est meilleur qu’un vaisseau deux-ponts, non seulement par son artillerie, mais par l’épaisseur et la hauteur de ses murailles, avantage important dans le combat rapproché. Le trois-ponts est, par excellence, vaisseau de pavillon et la présence au combat d’un vaisseau de ce rang à une réelle importance sur le plan moral ».

De nombreux reproches étaient fait aux trois-ponts parmi lesquels de faibles qualités à la mer, une stabilité médiocre, un poids considérable, une lenteur importante et un prix extrêmement couteux, « sa construction réclamant, pour certaines pièces, des bois de très fortes dimensions, rares et chers, obtenus à partir des plus grands chênes, âgés parfois de trois siècles, les vieux arbres présentant souvent des défauts difficiles à déceler lors de la mise en œuvre et qui pouvaient causer un prompt dépérissement.

De l’avènement de Louis XV (1715) jusqu’à la fin de la guerre d’Indépendance, la France n’a mis en chantier que neuf trois-ponts. Parmi eux, cinq sont mis en construction durant le règne de Louis XV, aucun ne sera jamais véritablement armé.

Le premier, le Foudroyant, ne naviguera pas ;

le deuxième, le Royal Louis de Blaise Ollivier ne sera pas achevé puisque détruit par incendie sur son chantier ;

le troisième, le Royal Louis de Jacques-Luc Coulomb, ne fera jamais campagne ;

 les deux derniers, la Ville de Paris et la Bretagne, ne seront armés qu’au commencement du règne de Louis XVI (1774) et le début de la guerre d’indépendance américaine (1775). Ce désintérêt pour la formule trois-ponts durant le règne de Louis XV s’explique avant tout par les défauts, que nous avons déjà vus, de ce type de navire, dont la construction se révèle toujours être longue, difficile et coûteuse, pour un résultat jugé au final décevant.

>>> Référence

Partager cet article

Repost 0

commentaires

philae 17/10/2016 20:00

superbe série j'apprécie