Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

La Galerie l’Aiguillage

est situé dans le XIIIe, aux Frigos de Paris, un lieu mythique underground d’ateliers d’artistes et de créateurs en tout genre.

Un lieu conçu et fait par des artistes, pour des artistes.

Dominique Cozette, Excusez-moi d'exister (Galerie l'Aiguillage aux Frigos)
Dominique Cozette, Excusez-moi d'exister (Galerie l'Aiguillage aux Frigos)
Dominique Cozette, Excusez-moi d'exister (Galerie l'Aiguillage aux Frigos)

Délicatesse

Excusez-moi d'exister

J’avais fait le ménage et tout et tout quand une bande de CRS est venue pour me virer. Oh, ils ont été très délicats, ils ont retiré leurs pompes pour pas salir, en même temps, un bataillon de CRS en chaussettes, ça fouette, mais on ne peut pas leur en vouloir.

Sinon, monsieur Besson est très sympa, il essaie d’arrêter les trafiquants de migrants qui en veulent à nos pauvres pécules, et de le faire avec humanité, mais fermeté comme il l’a dit, vous comprenez, c’est difficile d’arracher tous ces jeunes gens forts et désespérés à cette jungle, de détruire leur cabanes pour qu’ils aillent voir ailleurs s’il y est, le problème, c’est qu’il est partout avec ses troupes, donc c’est pas facile pour nous non plus, on ne peut pas se dissoudre comme ça. On aimerait mieux que ça se passe bien dans nos pays, rester dans nos maisons en dur avec nos amis pas loin et nos familles, croyez pas qu’on fait ça pour embêter messieurs Besson et consorts, on est juste des gens.

Alors oui, un doigt de délicatesse dans ce monde de bruts, j’apprécie.

Texte © dominiquecozette

 

Dominique Cozette, Excusez-moi d'exister (Galerie l'Aiguillage aux Frigos)

Dominique Cozette

Née en 1946 à Rouen (Basse-Normandie, France)
Vit et travaille à Ivry sur Seine (Ile-de-France, France)

Enfant du baby boom, Dominique Cozette a été publicitaire.

Davantage que le cynisme, elle en a conservé le sens de la dérision, de l'autodérision plutôt, mais aussi celui de la formule. Celle qui ramasse une vie en quelques fragments où le tragi-comique n'est pas dépourvu de l'idée de grandeur. Cozette réduit sa vie en équation : texte et image claquent comme des slogans. Ses textes sont indissociables d'une représentation qui les sous-tend et les magnifie en même temps : qu'elle soit acide, de sa main ou issues de l'iconothèque de l'histoire de l'art, leur persistance rétinienne est une qualité sine qua non.

Christian Berst, membre du Collège Critique du 59e Salon de Montrouge, 2014

Tag(s) : #Les Frigos

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :