Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de acbx41
  • Le blog de acbx41
  • : Photos de mes balades dans Paris (musées, parcs, jardins, sites, événements, manifestations diverses) et ailleurs, Essonne, pays de La Loire etc..
  • Contact

Recherche

Visiteurs

A ce jour 22/02/2017

      Vous avez été

           303 196

 visiteurs uniques

  venant de plus 

 de 163 contrées

Catégories

22 février 2017 3 22 /02 /février /2017 07:57

 

Le musée national de la Marine de Paris

est à la fois musée d’art et d’histoire, de sciences et de techniques, d’aventures humaines et de traditions populaires, un centre de culture maritime ouvert au plus large public. Il a vocation d’être la vitrine et le conservatoire patrimonial de toutes les marines. ​Le musée national de la Marine est installé à Paris dans l'aile Passy du Palais de Chaillot.

Saint-Laurent,

paquebot (1866-1891), bateau à hélice, de profil

Antonio Jacobsen a représenté ici le Saint-Laurent de la Compagnie générale transatlantique. Prévu à l’origine comme navire à roues, le Saint-Laurent fut transformé sur cale en paquebot à hélice – premier du genre construit dans les jeunes chantiers Penhoët créés en 1858.

Entre 1864 et 1866, furent mis en route cinq paquebots dont les machines provenaient de chez Schneider au Creusot : Impératrice Eugénie, France, Nouveau Monde et Panama étaient des paquebots à roues, et le Saint-Laurent, à hélice.

Ce dernier prit son premier départ du Havre le 11 octobre 1866, effectuant sa traversée inaugurale en dix jours et quinze heures. A cette date, le service français Le Havre –New York était débutant. Il n’avait que deux ans et assurait la ligne avec le Washington et le La Fayette.
Après l’expérience du Saint-Laurent, l’hélice finit par être généralisée une fois les problèmes de vibrations maîtrisés. Tout en réduisant de 25% la consommation de charbon, l’hélice augmentait la vitesse de 20%. Mais on conservait toujours un gréement de secours.
Ce tableau fut acheté par le premier lieutenant du paquebot à l’artiste lui-même qui voyagea sur le Saint-Laurent en 1882 pour se rendre en France.

Référence

Antonio Jacobsen, le paquebot Saint-Laurent (1866-1891)
Antonio Jacobsen, le paquebot Saint-Laurent (1866-1891)

Antonio Nicolo Gasparo Jacobsen,

né le et mort le ,

est un peintre maritime américain né au Danemark connu comme le Audubon des bateaux à vapeur.
Jacobsen, né à Copenhague, au Danemark, suivait les cours à la Royal Academy of Design avant de se rendre aux Etats-Unis en 1871, et s'installa à West Hoboken, au New Jersey (maintenant Union City), entre le fleuve Hudson de Manhattan et le port de New York dont le port était rempli de navires de tous pays.

Jacobsen commença à peindre des navires sur des coffres-forts, et comme sa réputation grandissait, des propriétaires, capitaines et membres d'équipage lui passèrent commande, ses œuvres étant vendues cinq dollars pour la plupart.

Jacobsen a peint plus de 6 000 portraits de bateaux à voile et à vapeur, ce qui en fait le plus prolifique des artistes marins.

Repost 0
18 février 2017 6 18 /02 /février /2017 07:54

 

Le musée national de la Marine de Paris

est à la fois musée d’art et d’histoire, de sciences et de techniques, d’aventures humaines et de traditions populaires, un centre de culture maritime ouvert au plus large public. Il a vocation d’être la vitrine et le conservatoire patrimonial de toutes les marines. ​Le musée national de la Marine est installé à Paris dans l'aile Passy du Palais de Chaillot.

L'Aigle

est un navire construit à Cherbourg comme yacht pour l'empereur Napoléon III, transformé en canonnière en 1870 puis en corvette en 1873.

Selon la loi du genre, celui du “ portrait de navire ”, la corvette à vapeur l'Aigle est vue par son travers tribord. Elle quitte le port de Marseille dont on aperçoit les digues à l'arrière-plan à gauche.
L’artiste a ajouté de chaque côté du yacht, au second plan, une vue de ce même navire, l’une sur l’avant du travers, l’autre depuis l’arrière sous un angle similaire selon une pratique courante instaurée dès le XVIIIe siècle au Danemark. Ces deux vues sont un passage naturel vers le dernier plan, la côte marseillaise, soulignant ainsi l’effet de perspective.
Le grand-mât arbore le pavillon impérial bleu blanc rouge à semis d'abeilles et écusson impérial couronné au centre, marquant la présence de l'Empereur à bord. L'aube est décorée de la couronne impériale. La figure de proue est un aigle.
Il est donc manifeste que si l'auteur a peint cette aquarelle en 1878, la scène se situe durant le Second Empire, avant 1870. Les deux dates proposées, pour un départ de Marseille, sont soit le 10 septembre 1860 lors du voyage de Napoléon III dans le sud de la France, la Corse et L'Algérie, soit le 3 mai 1865 lors de son voyage en Algérie.
Seul yacht d'Etat que la France ait jamais eu, l'Aigle fut construit à Cherbourg en 1857 sur les plans de l'ingénieur Dupuy de Lôme.
Adolphe-Hippolyte Couveley, l'Aigle, yatch impérial
Adolphe-Hippolyte Couveley, l'Aigle, yatch impérial
Adolphe-Hippolyte Couveley, l'Aigle, yatch impérial

Adolphe-Hippolyte Couvelet

dit Adolphe-Hippolyte Couveley

(né le à Charleville - mort le au Havre)

 est un lithographe et un artiste-peintre de marine français.

Adolphe-Hippolyte Couveley est le fils du peintre Jean-Baptiste Couvelet.

Elève de son père, Couvelet expose dès 1834 au Salon de Paris. Ses premières productions sont marquées par un voyage à Londres et en Bretagne qu'il fait vers 1835.

Par anglomanie, Adolphe-Hippolyte Couvelet remplace le T final de son nom par un Y.

Ses tableaux exposés au Salon de Dijon en 1837 parmi lesquels se trouve Vue de Bretagne portent pour la première fois le Y final. Il remporte une médaille de 3e classe en 1839.

En 1845, il est sollicité par la ville du Havre pour organiser le nouveau musée de la ville et en devient ainsi le premier conservateur le 1er janvier.

Le 20 février 1849, il épouse à Paris Joséphine Virtel.

C'est dans ses fonctions de conservateur qu'il fait la rencontre du jeune peintre Eugène Boudin qu'il prend sous son aile.

En 1851, il appuie une demande de bourse auprès de la municipalité du Havre pour que Boudin puisse séjourner à Paris. Couveley, sans être véritablement le maître de Boudin, a tout même exercé une certaine influence sur lui - Boudin étant heureux d'avoir des conseils mais trop fier pour rester un élève. La même année, Boudin reproduit une œuvre de Couveley : Cavalcade hâvraise.

Couveley est fait chevalier de la Légion d'honneur en 1859.

Sa situation financière se détériore et il va jusqu'à poser sa signature sur une toile de Boudin qui s'en aperçoit et corrige la signature.

Lorsque Couveley meurt, ses dettes sont remboursées par la vente de ses collections prêtées au musée du Havre qui se retrouve alors privé d'une grande partie de ses toiles.

Référence

Repost 0
14 février 2017 2 14 /02 /février /2017 07:57

 

Le musée national de la Marine de Paris

est à la fois musée d’art et d’histoire, de sciences et de techniques, d’aventures humaines et de traditions populaires, un centre de culture maritime ouvert au plus large public. Il a vocation d’être la vitrine et le conservatoire patrimonial de toutes les marines. ​Le musée national de la Marine est installé à Paris dans l'aile Passy du Palais de Chaillot.

Le paquebot Normandie, 1886

J. Maviot, le paquebot Normandie quittant le port du Havre
J. Maviot, le paquebot Normandie quittant le port du Havre
J. Maviot représente ici le paquebot de la Compagnie générale transatlantique, par son travers bâbord, quittant le port du Havre sous l'œil des curieux.
Aucun détail n'est oublié : ses deux cheminées, certes un peu rapprochées, entre les deuxième et troisième mâts ; le gréement où ne manque aucune poulie ; les vergues qui disparaîtront lors d'une refonte en 1893-1894 ; le nombre de canots de sauvetage ...
J. Maviot, le paquebot Normandie quittant le port du Havre

 

Le Havre

est une commune du nord-ouest de la France, en Normandie  située sur la rive droite de l'estuaire de la Seine.

Son port est le deuxième de France après celui de Marseille pour le trafic total, et le premier port français pour les conteneurs.

Blason du Havre

 De gueules à la salamandre d'argent couronnée d'or sur un brasier du même, au chef cousu d'azur chargé de trois fleurs de lys d'or, au franc-canton cousu de sable chargé d'un lion d'or armé et lampassé de gueules.

Repost 0
9 février 2017 4 09 /02 /février /2017 07:55

 

Le musée national de la Marine de Paris

est à la fois musée d’art et d’histoire, de sciences et de techniques, d’aventures humaines et de traditions populaires, un centre de culture maritime ouvert au plus large public. Il a vocation d’être la vitrine et le conservatoire patrimonial de toutes les marines. ​Le musée national de la Marine est installé à Paris dans l'aile Passy du Palais de Chaillot.

Edouard Adam, le Diamant sortant du Havre
Edouard Adam, le Diamant sortant du Havre

Le Diamant

était un paquebot belge qui, pour le chemin de fer belge, a ouvert la ligne Ostende-Douvres le 4 mars 1846 lors de son premier voyage vers l’Angleterre.

Grâce à une stabilité de la vitesse il pouvait effectuer une traversée dans des conditions normales en cinq heures.

Le navire était équipé de 4 bateaux de sauvetages et 2 long mâts, qui avaient la possibilité d’attacher plusieurs voiles en plus.

Sa longueur hors tout était de 44,90 m, une larguer de 6,40 m et un tirant d’eau de 2,16 m.

Sa propulsion était assuré par 2 roues à aubes, alimentée par un moteur à vapeur développant 190 ch, pour une vitesse maximum de 14 nœuds.

Edouard Adam, le Diamant sortant du Havre

 

Edouard Adam, le Diamant sortant du Havre
Edouard Adam, le Diamant sortant du Havre

Edouard Adam,

né le à Brie-Comte-Robert, mort le au Havre,

est un peintre français de marines.

Edouard Adam est un portraitiste de navires comme l'étaient les pierhead painters qui officiaient dans les grands ports d'Europe du Nord au XIXe siècle. Ces peintures sont toujours issues de commandes et sont donc centrées sur un seul sujet, le navire, dont on attend la représentation la plus précise, la plus fidèle. Toutefois, de nombreux peintres privilégient le pittoresque ou l'esthétique dans la représentation, au contraire d'Edouard Adam dont le souci du détail participe à une représentation documentaire du patrimoine nautique, dans toute sa vérité historique.

L'essentiel de la production d'Edouard Adam montre des portraits de bateaux pris par le travers, quittant Le Havre, posés dans un décor simplifié.

On lui doit également quelques compositions plus ambitieuses (naufrages, batailles navales, scènes de pêche, manœuvres de la Marine nationale …) mais ces œuvres sont rares dans sa production.

La fin du XIXe siècle est marquée par l'essor de la marine à vapeur et de nombreux tableaux d'Edouard Adam témoignent de cette évolution en n'omettant pas toutefois de mettre en lumière les lignes esthétiques de ces navires.

Le Havre

est une commune du nord-ouest de la France, en Normandie  située sur la rive droite de l'estuaire de la Seine.

Son port est le deuxième de France après celui de Marseille pour le trafic total, et le premier port français pour les conteneurs.

Blason du Havre

 De gueules à la salamandre d'argent couronnée d'or sur un brasier du même, au chef cousu d'azur chargé de trois fleurs de lys d'or, au franc-canton cousu de sable chargé d'un lion d'or armé et lampassé de gueules.

Repost 0
4 février 2017 6 04 /02 /février /2017 07:56

 

Le musée national de la Marine de Paris

est à la fois musée d’art et d’histoire, de sciences et de techniques, d’aventures humaines et de traditions populaires, un centre de culture maritime ouvert au plus large public. Il a vocation d’être la vitrine et le conservatoire patrimonial de toutes les marines. ​Le musée national de la Marine est installé à Paris dans l'aile Passy du Palais de Chaillot.

François Barry, le lancement du Maximus dans les environs de Marseille
François Barry, le lancement du Maximus dans les environs de Marseille
François Barry, le lancement du Maximus dans les environs de Marseille

 

François Pierre Barry

(Marseille 1813 - St Laurent-du-Var 1905)

D'abord coiffeur-perruquier, François Pierre Barry entre à l'école de dessin de Marseille dirigée par Augustin Aubert. Il va ensuite à Paris en 1840 où il est l'élève de Théodore Gudin, puis d'Isabey. Il est très apprécié pour ses marines, deux d'entre elles obtiennent une médaille de 3e classe au Salon de 1840, et pour ses vues du port de Marseille.

Il est élu en 1853 à l'Académie de Marseille.

Il part en Egypte en 1862 pour visiter les travaux du canal de Suez avec le prince Napoléon-Jérôme Bonaparte, Ferdinand de Lesseps et Jules Charles-Roux. Ses peintures et ses nombreux dessins sont une précieuse source pour la connaissance de l'Orient. Il est encore à Alexandrie en 1865 où il fréquente le milieu des négociants marseillais. 

A la fin de sa vie il se retire à Saint-Laurent-du-Var d'où il peint des paysages provençaux.

Repost 0
31 janvier 2017 2 31 /01 /janvier /2017 07:56

 

Le musée national de la Marine de Paris

est à la fois musée d’art et d’histoire, de sciences et de techniques, d’aventures humaines et de traditions populaires, un centre de culture maritime ouvert au plus large public. Il a vocation d’être la vitrine et le conservatoire patrimonial de toutes les marines. ​Le musée national de la Marine est installé à Paris dans l'aile Passy du Palais de Chaillot.

François-Louis Lanfant de Metz, jeux d'enfants

Jeux d'enfants

François-Louis Lanfant de Metz, jeux d'enfants

 

François-Louis Lanfant de Metz

Peintre d'histoire et de genre, il est né en 1814 à Sierck-les-Bains (57).  Il décède au Havre en 1892.

François-Louis Lanfant se disait de Metz, ville plus connue que Sierk-les-Bains, et faisait volontiers suivre son nom de cette indication d'origine.

Il eut une vie assez mouvementée. Arrivé à Paris à l'âge de 15 ans, il dessina d'abord des compositions originales pour des marchands de papiers peints. Puis il fut admis à l'atelier d'Ary Scheiffer, peintre d'histoire, de genre et de portraits. En 1842, il fut engagé comme dessinateur par le naturaliste suisse Agassiz et l'accompagna en Suisse et en Italie. Bien vite rebuté par une existence trop régulière, il quitta Naples à pied et s'engagea dans une troupe de comédiens ambulants, réalisant ainsi un rêve de jeunesse. Il quitta assez rapidement cette troupe puisqu'en 1843, on le retrouve peintre à Paris. De 1843 à 1866, il expose régulièrement au Salon de Paris, entre autre : Romulus attaque et bat les Sabins, Une bouquetière sous la Régence et la Fiancée du village qui obtint une Médaille d'Or en 1847.  

En 1853, il exposa au Salon La Visite chez le brocanteur, considérée comme une de ses meilleures oeuvres. Le peintre finit par acquérir une certaine notoriété. Il eut un atelier à Paris, Boulevard des Italiens et forma un certain nombre d'élèves.

1868 fut un tournant dans sa vie d'artiste : au cours d'un voyage à Trouville avec Courbet, il retrouva d'anciens amis comédiens et rencontra le musicien Louis Tessier qui devint son ami. Il décida de ne plus retourner à Paris. Il s'établit au Havre et changea complétement sa manière de peindre. Abandonnant la peinture d'histoire, il ne peindra plus que des tablotins de petit format, mettant en scène l'enfance insouciante et espiègle : jeux de bambins, sorties d'écoles bruyantes, batailles rangées, farces, jeux interdits (le bon vin, le dénicheur), parodies des attitudes, gestes et passions des adultes. La lithographie popularisa certaines de ses oeuvres ; Eugène Jouy et Goupil les éditèrent en couleurs, Barry, Fuhr et Lemoine les transposèrent au crayon lithographique. Dans ces innombrables scènes enfantines, l'imagination de Lanfant fut débordante ; il sut éviter toute redite et ajouter toujours une note attendrie qui rend ses petits comédiens si charmants.

Au Salon de 1845, il présente "Les jardins publics sous Louis XV".

Référence

Repost 0
27 janvier 2017 5 27 /01 /janvier /2017 07:56

 

Le musée national de la Marine de Paris

est à la fois musée d’art et d’histoire, de sciences et de techniques, d’aventures humaines et de traditions populaires, un centre de culture maritime ouvert au plus large public. Il a vocation d’être la vitrine et le conservatoire patrimonial de toutes les marines. ​Le musée national de la Marine est installé à Paris dans l'aile Passy du Palais de Chaillot.

Trois-mâts Charles Dickens

Francis Tattegrain, le Charles Dickens
Francis Tattegrain, le Charles Dickens
Francis Tattegrain, le Charles Dickens

 

Francis Tattegrain,

né à Péronne le , mort à Arras le ,

est un artiste peintre français de l'école naturaliste.

Sa biographie

Francis Tattegrain,

photographie de Pierre Petit, photographe  né le à Aups (Var), mort le à Paris.

Charles John Huffam Dickens

 né à Landport, près de Portsmouth, dans le Hampshire, le et mort à Gad's Hill Place à Higham dans le Kent, le ,

est considéré comme le plus grand romancier de l'époque victorienne.

Dès ses premiers écrits, il est devenu immensément célèbre, sa popularité ne cessant de croître au fil de ses publications.

Charles Dickens à New York en 1868.

Biographie

Repost 0
23 janvier 2017 1 23 /01 /janvier /2017 07:59

 

Le musée national de la Marine de Paris

est à la fois musée d’art et d’histoire, de sciences et de techniques, d’aventures humaines et de traditions populaires, un centre de culture maritime ouvert au plus large public. Il a vocation d’être la vitrine et le conservatoire patrimonial de toutes les marines. ​Le musée national de la Marine est installé à Paris dans l'aile Passy du Palais de Chaillot.

 

Etretat

est une commune située dans le département de la Seine-Maritime en Normandie.

Naguère modeste village de pêcheurs, Etretat est devenue une station balnéaire de renom.

Naguère modeste village de pêcheurs, Etretat est devenue une station balnéaire de renom. Elle se trouve au nord du Havre en Normandie, sur le littoral de la Manche en pays de Caux. L'aspect extraordinaire et monumental de ses falaises de craie blanche presque immaculée et ses plages de galets grisâtres en ont fait un des lieux du tourisme international.

Des peintres comme Gustave Courbet, Eugène Boudin ou Claude Monet ont beaucoup contribué à sa publicité, en en immortalisant la spécificité. Des écrivains comme Gustave Flaubert et Guy de Maupassant ont été des fidèles du lieu tandis que Maurice Leblanc, qui y vécut, contribua au mythe entourant le site dans une aventure d'Arsène Lupin intitulée L'Aiguille creuse.

Blason d'Etretat

De sinople aux deux clefs d'argent passées en sautoir, au chef cousu d'azur chargé de trois coquilles d'or.

Antoine Léon Morel-Fatio, vue panoramique d'Etretat
Antoine Léon Morel-Fatio, vue panoramique d'Etretat
Antoine Léon Morel-Fatio, vue panoramique d'Etretat

Antoine Léon Morel-Fatio,

né le à Rouen et mort le à Paris au Musée de marine et d’ethnographie du Louvre, est un peintre officiel de la Marine et homme politique français.

Peintre, dessinateur, illustrateur, graveur, aquarelliste, il a été conservateur du Musée de marine et d’ethnographie du Louvre qu'il a créé, conservateur-adjoint des Musées impériaux, et premier maire du 20e arrondissement de Paris de 1860 à 1869.

Sa biographie

Portrait d'Antoine Léon Morel-Fatio

Ce portrait m'a été transmis par Mario Morel-Fatio, descendant du peintre

Deux tableaux d'Antoine Léon Morel-Fatio

transmis par Mario Morel-Fatio

Antoine Léon Morel-Fatio, vue panoramique d'Etretat
Antoine Léon Morel-Fatio, vue panoramique d'Etretat
Repost 0
19 janvier 2017 4 19 /01 /janvier /2017 07:59

 

Le musée national de la Marine de Paris

est à la fois musée d’art et d’histoire, de sciences et de techniques, d’aventures humaines et de traditions populaires, un centre de culture maritime ouvert au plus large public. Il a vocation d’être la vitrine et le conservatoire patrimonial de toutes les marines. ​Le musée national de la Marine est installé à Paris dans l'aile Passy du Palais de Chaillot.

Rochefort,

appelée aussi Rochefort-sur-mer,

est une commune du département de la Charente-Maritime (région Nouvelle-Aquitaine).

C'est une ville du xviie siècle qui doit sa création en 1666 à l'implantation d'un arsenal maritime et militaire dont l'ambition était d'en faire le plus grand et le plus beau du royaume.

De ce passé prestigieux, Rochefort hérite d'un patrimoine urbain parmi les plus riches et remarquables de la Charente-Maritime, ce qui lui a valu d'être classée ville d'art et d'histoire. Depuis le départ de la Marine nationale, elle s'efforce de se reconvertir en ville touristique grâce à ses musées, à sa vie culturelle animée, à sa station thermale qui est devenue la plus importante du centre-ouest de la France.

Blason de Rochefort

De sable à la nef d'argent, au chef parti en I d'azur à l'étoile à six rais d'or, en II d'or au mont de sable sommé d'un fort du même.

Joseph Vernet, vue du port de Rochefort
Joseph Vernet, vue du port de Rochefort
Joseph Vernet, vue du port de Rochefort
Joseph Vernet, vue du port de Rochefort

 

Joseph Vernet,

Claude Joseph Vernet à Avignon le 14 août 1714 et mort à Paris le 3 décembre 1789,

est un peintre, dessinateur et graveur français, célèbre pour ses marines.

Louis XV lui commanda vingt-quatre tableaux de ports de France pour informer de la vie dans les ports ; seuls quinze tableaux seront réalisés, de 1753 à 1765 (Marseille, Bandol, Toulon, Antibes, Sète, Bordeaux, Bayonne, La Rochelle, Rochefort et Dieppe) ; certains ports sont représentés plusieurs fois. On avait demandé à Vernet de représenter sur chaque tableau, au premier plan, les activités spécifiques à la région. Ces peintures sont donc de véritables témoignages de la vie dans les ports il y a 250 ans, et font de lui l'un des plus grands peintres de la marine. Ils lui vaudront une reconnaissance, de son vivant, par la plupart des nobles les plus attachés à la marine - ainsi, le marquis de Laborde.

Admirateur de Poussin et du Lorrain dont il reprend les effets de marines au soleil couchant déclinées également au clair de lune, Vernet parvint néanmoins à créer, à force de travail, son propre style.

Il représente en général la nature en accordant beaucoup de place au ciel ; il sait aussi animer chaque lieu par des personnages et des scènes de la vie quotidienne.

Portrait de Joseph Vernet

par Elisabeth Vigée Le Brun, 1778, musée du Louvre, Paris

Repost 0
16 janvier 2017 1 16 /01 /janvier /2017 15:08

 

Le musée national de la Marine de Paris

est à la fois musée d’art et d’histoire, de sciences et de techniques, d’aventures humaines et de traditions populaires, un centre de culture maritime ouvert au plus large public. Il a vocation d’être la vitrine et le conservatoire patrimonial de toutes les marines. ​Le musée national de la Marine est installé à Paris dans l'aile Passy du Palais de Chaillot.

Amsterdam

est la commune la plus peuplée et la capitale du royaume des Pays-Bas, bien que le siège du gouvernement, ainsi que la plupart des institutions diplomatiques du pays se trouvent à La Haye.

Cette capitale est connue pour son passé historique. Au XVIIe siècle, elle était le plus gros port au monde et de nombreux artistes y vivaient dont Rembrandt. C'est d'ailleurs à cette époque que des canaux y furent construits, sur la rivière Amstel. Amsterdam veut dire la digue de l'Amstel. 

 

 Héroïque Miséricordieux Déterminé

Au cœur de ce blason se trouve le symbole XXX, représentant trois croix de St. André.

Amsterdam a comme patron St André, apôtre de Jésus, qui prêcha dans le sud de la Russie et les Balkans, et fut crucifié par les Romains sur une croix en forme de X, dite croix de St André.  

Ce symbole date de 1505.

Les armoiries d'Amsterdam symbolisent au départ le supplice de St André. Chaque croix est censée protéger Amsterdam de trois grands fléaux : les inondations, les incendies et la peste. Mais depuis 1945, elles représentent des valeurs morales : l'héroïsme, la résolution et la miséricorde, liées à l'attitude de la population pendant la Seconde Guerre mondiale. 

La forme officielle de ces armoiries veut qu’elles soient également décorées de la Couronne Impériale d’Autriche et de deux lions en or. 

Ludolf Backhuysen, vue d'Amsterdam
Ludolf Backhuysen, vue d'Amsterdam

 

Ludolf Backhuysen, vue d'Amsterdam
Ludolf Backhuysen, vue d'Amsterdam

Ludolf Bakhuizen (ou Backhuysen),

peintre néerlandais

né le 28 décembre 1630 dans la ville d'Emden, dans le comté de Frise orientale, et mort le 17 novembre 1708.

Il commence sa carrière comme comptable. Amoureux des mathématiques, en particulier l'arithmétique, et de l'écriture, il travaille pour un influent marchand d'Amsterdam, après s'être installé aux Pays-Bas. Il se découvre finalement un don pour la peinture et finit par en faire un métier par lequel il pourrait vivre. Il travailla sous la tutelle d'Allaert van Everdingen puis sous celle d'Hendrik Dubbels, deux peintres éminents dans leur temps, et devint très rapidement célèbre pour ses peintures largement inspirées par le monde marin.

Au long de sa vie, il se rendit auprès de nombreux souverains et grands d'Europe, comme Cosme III de Médicis ou Pierre Ier de Russie.

En 1699, il ouvrit sa propre galerie à Amsterdam, exposant ses œuvres ou celles de jeunes artistes.

Ludolph Bakhuizen, autoportrait

Repost 0