Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Le musée du Louvre

est un musée d'art et d'antiquités situé au centre de Paris dans le palais du Louvre. C'est le plus grand musée du monde, par sa surface d'exposition de 60 600 m2, et ses collections qui comprennent près de 460 000 œuvres. Celles-ci présentent l'art occidental du Moyen Âge à 1848, ceux des civilisations antiques qui l'ont précédé et influencé (orientales, égyptienne, grecque, étrusque et romaine), et les arts des premiers chrétiens et de l'Islam.

Sculpture taïno (Siège cerémoniel duho) Grandes Antilles, Haïti ou République dominicaine
Sculpture taïno (Siège cerémoniel duho) Grandes Antilles, Haïti ou République dominicaine

Sculpture taïno

Siège cerémoniel duho 

Une légende s’attache à ce siège taïno, qui est avant tout une sculpture extraordinaire : il aurait été offert en 1494 par une femme, cacique d’Hispaniola, Anacoana – un nom qui veut dire « Fleur d’or » –, à Bartolomeo Colomb (1461-1514), frère du découvreur de l’Amérique. Rien ne le prouve. Anacoana était belle, elle écrivait de la poésie, elle était la sœur de Bohechico, qui avait été cacique de l’île avant elle. Elle fut pendue en 1504, l’année de ses 29 ans.

Ce "fauteuil" au profil incliné, à l’assise basse, a été sculpté dans le tronc d’un gayac, gravé et poli en un seul bloc. Il est à la fois massif et gracieux, avec une patine chaude. C’est un objet que la langue taïno désigne sous le vocable de "duho". Le décor anthropo-zoomorphe indique l’usage de ce siège, réservé aux behiques. Après avoir absorbé la cohoba, qui les mettait en état de transe, ces chamans communiquaient avec les dieux. Commençait alors, dans ce fauteuil de bois, une exploration de l’ailleurs, un voyage imaginaire.

Référence

Sculpture taïno (Siège cerémoniel duho) Grandes Antilles, Haïti ou République dominicaine

 

Les Taïnos, ou Tainos

Indiens de langue arawak qui, au début du xvie siècle, habitaient les Antilles : Porto Rico, Hispaniola et la région orientale de Cuba. Les Taïno ont disparu, victimes des maladies et du travail forcé introduits par la colonisation.

L'économie avait pour base l'agriculture sur brûlis. La culture la plus importante était celle du manioc. Les Taïno cultivaient aussi la patate douce et le maïs qu'ils consommaient grillé ou vert. Ils étaient d'habiles artisans. Ils fabriquaient de la poterie mais excellaient surtout dans le travail de la pierre et du bois. Bien que les Espagnols aient beaucoup parlé de l'or des Taïno, très peu d'objets de ce métal ont été découverts ; ceux que l'on connaît sont en or martelé. Les villages pouvaient compter jusqu'à un millier de maisons et leur population atteignait parfois 5 000 personnes. Les murs étaient faits de poteaux de bois et de roseaux, et le toit était de chaume. Les habitations étaient disposées autour d'une place centrale, qui servait de terrain pour le jeu de balle pratiqué par les Taïno. Les chefs des villages rendaient hommage aux chefs territoriaux de leur choix. Ils constituaient avec leur suite une aristocratie qui dominait les autres classes sociales : paysans, artisans et esclaves.

Animistes, les Taïno croyaient aux esprits des morts et aux esprits des phénomènes naturels. Ceux-ci pouvaient être contrôlés par l'intermédiaire des zemis ou idoles qui devenaient le lieu de résidence de ces esprits. Sculptées dans la pierre ou le bois, ces idoles avaient généralement la forme d'hommes et de femmes grotesques. Chaque maison en possédait au moins une. Les zemis des chefs avaient des pouvoirs particuliers et étaient installés dans des temples situés à la périphérie des villes ; on se les conciliait par des chants, par des danses et par des offrandes de nourriture.

—  Susana Monzon

 

 

Sculpture taïno (Siège cerémoniel duho) Grandes Antilles, Haïti ou République dominicaine
Sculpture taïno (Siège cerémoniel duho) Grandes Antilles, Haïti ou République dominicaine

Les Grandes Antilles

sont un groupe de quatre archipels des Antilles nommé ainsi par opposition avec le groupe des Petites Antilles.

Il s'agit par ordre de taille des îles de : Cuba, Hispaniola, la Jamaïque, Porto Rico et l'île de la Jeunesse.

Sculpture taïno (Siège cerémoniel duho) Grandes Antilles, Haïti ou République dominicaine

République d’Haïti

Haïti est un pays caribéen situé sur l'île d'Hispaniola, territoire qu'il partage avec la République dominicaine, à l'est.

Bien que le séisme de 2010 ait laissé des traces encore visibles, nombre de points d'intérêt du début du XIXe siècle sont toujours intacts, par exemple la citadelle La Ferrière, forteresse surplombant l'île, ou encore les ruines environnantes du palais Sans Souci, ancienne demeure royale de style baroque du roi Henri Ier.

Blason d'Haïti

 

Sculpture taïno (Siège cerémoniel duho) Grandes Antilles, Haïti ou République dominicaine

La République dominicaine

est un pays des Caraïbes qui partage l'île d'Hispaniola avec Haïti à l'ouest.

Elle est connue pour ses plages, ses stations balnéaires et ses golfs. Son territoire se compose de forêt tropicale, de savane et de montagnes dont Pico Duarte, le plus haut sommet des Caraïbes.

Saint-Domingue, la capitale, abrite des monuments construits par les Espagnols comme la cathédrale gothique Catedral Primada de America (ou cathédrale Notre-Dame de l'Incarnation) dans le quartier Zona Colonial datant du XVIe siècle.

Blason

 

Tag(s) : #Louvre

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :